Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site
Site gratuit créé sur
Blog

Pour votre biblio

CASTEX Thomas. L'Armée Romaine - Exposé [En ligne]. Disponible sur <www.armeeromaine.com>

eXpoSé

Copyright © 2010 - 2022

contact@armeeromaine.com

             Suivez toute notre actualité via Facebook !         👍www.facebook.com/armeeromaine

À l’Assaut d’une Ville Forte 

         Conquérir des territoires ne peut se résumer à gagner des batailles rangées. Pour mettre la main sur une région, il faut en contrôler son cœur économique et politique, à savoir ses villes "urbes" . Ayant compris cela, les villes se protègent, des dispositifs de défense sont édifiés (murailles, oppidum, fossés), des ripostes élaborées.

Mais dans le camp ennemi des tactiques de siège se perfectionnent afin de mettre à mal ces systèmes défensifs. Nous allons le voir dans cet exposé.

Tactiques de Siège

         Faire le siège d'une place forte ou "oppidum" consiste à isoler le défenseur de tout échappatoire possible : le coupant d'un chemin de fuite, l'empêchant de pouvoir être ravitaillé par quelque soutien pour l'affamer et l'obliger à se rendre s'il ne veut mourir. Le siège est une bataille d'usure qui peut durer des mois suivant les ressources du défenseur.

           Le défenseur peut tenter une sortie en force en engageant le combat : il peut gagner ou perdre.

        L'attaquant peut lancer l'assaut au moment opportun mais il peut aussi attendre, attendre... si l'ennemi retranché dans l'oppidum est encore trop redoutable. Mais il s'expose alors au risque de voir déferler une armée de soutien non pas pour lui mais pour les assiégés. Il pourrait alors se retrouver pris en tenaille entre ces deux armées. César vécu d'ailleurs cette situation alors qu'il assiégeait les troupes de Vercingétorix à Gergovie, et dut battre en retraite. Tirant leçon de cette histoire, il décida pour ses prochains sièges de se protéger de cette possibilité en faisant construire deux lignes de fortification. Désormais, une palissade pointerait vers l'oppidum assiégé, la contrevallation, la deuxième vers les contrés extérieures alentours. Les légions, disposées entre ces deux fortifications, peuvent ainsi parer à toute attaque et attendre la reddition adverse, la fin du siège.

 

Extrait du récit du siège d'Alésia

"César [...] creusa un fossé de vingt pieds de large (env. 6m.).[...] Il mit entre ce fossé et toutes les autres fortifications une distance de quatre cents pieds. [...] Il creusa deux fossés larges de quinze pieds et chacun de profondeur égale; il remplit le fossé intérieur  d'eau qu'il dériva de la rivière. Derrière ces fossés, il construisit un terrassement surmonté d'une palissade. [...] Il compléta celui-ci par un parapet et des créneaux et disposa, à la jonction de la terrasse et de la paroi de protection, de grandes pièces de bois fourchues qui, pointées vers l'ennemi, devaient leur rendre l'escalade plus malaisée; il éleva sur toute la périphérie de l'ouvrage des tours [...] Puis on ouvrit des fossés continus [...]. On y enfonça des pieux en y laissant dépasser que leurs rameaux. [...] Le reste était recouvert de ronces et de broussailles, afin de cacher le piège."

 

N.B: Et oui, César parle de lui à la 3ème personne!

 

César, Guerre des Gaules, VII, 72.

Reconstitution numérique d'une partie des fortifications romaines du siège d'Alésia d'après les travaux de l'archéologue M. Reddé. Image de synthèse réalisée en 2003 (voir Site Web de l'Oppidum d'Alésia )

Reconstitution d'une enceinte de siège romaine : archéodrome de Bourgogne.

La Capture

Une fois le siège terminé, la ville était prise. Trois sorts pouvaient l’attendre : soit elle était pillée et sa population décimée; soit elle était réduite à l’esclavage ou enfin elle était occupée (quand sa culture n’était pas trop éloignée de celle de Rome). La ville intégrée à l’empire romain devait fournir des auxiliaires, ces unités typiques de chaque région (phalange en Grèce, éléphant de combat en Afrique du Nord, archers crétois en Crète…). Les villes conquises avaient le droit de garder leurs cultures y compris leur religion, les romains réduisaient ainsi le risque de voir éclater une révolte.

Reconstitution d'une catapulte sur le modèle de Vitruve.

Crédit Photo : Inconnu ??

Reconstitution d'une catapulte sur le modèle de Vitruve.

Crédit Photo : Jack SULLIVAN

Le Scorpion

  • Scorpio : Terme qui désigne communément toutes les "petites catapultes"

🎯 Calibre max de flèche : 3 empans soit ~69cm

Dimensions max de l'engin (long. x larg.) : 1,90 x 1,10 m

 

Balistes

Les Balistes

La baliste "ballista" est une arme 

Les romains perfectionnèrent la technologie en créant toute une gamme d'engins :

  • baliste portable, petite et légère elle équipée chaque centurie 
  • baliste de défense, positionnée sur les murailles pour défendre la ville
  • baliste géante, fixe, elle est assemblée à l'occasion d'un siège. Elle pouvait envoyée des boulet de pierre à près de 400m de distance
  • baliste navale, positionnée sur les navires prémices des premiers canons

💡 Evolution Technologique

Aux alentours du IIe siècle après J.-C, les Romains mettent au point une nouvelle machine lanceuse de flèche basée sur un cadre de torsion entièrement métallique (fer forgé).

 

 

Composée de deux demi-cadres cylindriques reliés par des raidisseurs métalliques, elle dispose d'un fût central large et dégagé optimal pour un fonctionnement de type palintone.

C'est semble-t-il le caractère "palintone" (spécifique aux balistes) qui conduira les Romains à définir cet engin comme ballista.

Néanmoins, pour le distinguer de balliste

 

Cette arme entrera en concurrence directement le scorpio : plus puissante, plus maniable et plus légère cette ballista 2.0 va progressivement s'imposer comme le lanceur de flèches emblématique des légions. 
Afin de la distinguer de la ballista 1.0 encore en activité, cet engin prendra le nom de manuballista

 

L'Onagre - Onager

📜 Etymologie

  • du latin "Onager". Le terme "onager" désigne à l'origine les ânes sauvages. Il faut comprendre ici la comparaison faite entre la violence de la décharge lors du tir qui fait culbuter l'engin d'avant en arrière et la ruade des ânes sauvages du même nom.

 

⚙  Caractéristiques

  • Lanceur de boulets, et plus général tout ce qui pourra contenir dans la fronde (pierre unique ou multiple, objets enflammés, cadavres) !
  • Un bras unique en bois vient jouer le rôle de propulseur. Inséré en sa base dans un faisceau horizontal de cordage torsadé, ce bras est mis en tension grâce à un treuil manié par deux servants. Une fois relâché, le bras est stoppé par une traverse horizontale qui éjecte le projectile installé dans la fronde à l'extrémité haute.
  • Il peut être fixe (assemblé pour l'occasion d'un siège) ou mobile (sur roue et servir lors des batailles rangée)

 

🎯 Objectif

✅Décimer à distance les rangs adverses et saper le moral avant le contact

✅Endommager à distance les fortifications "légères". La taille relativement modeste du boulet de pierre n'était pas appropriée pour s'attaquer à des fortifications "lourdes" comme pourra le faire le trébuchet du Moyen-Age.